Tag Archives: Robert Desnos

Des hommes en cadeau

8 Mar
Nos amis les hommes. Ici (de gauche à droite) : Tristan Tzara, Paul Eluard, André Breton, Hans Arp, Salvador Dali, Yves Tanguy, Max Ernst (mon préféré), René Crevel (mon chouchou), et Man Ray.

Nos amis les hommes. Ici, de gauche à droite : Tristan Tzara, Paul Eluard, André Breton, Hans Arp, Salvador Dali, Yves Tanguy, Max Ernst (mon préféré), René Crevel (mon chouchou), et Man Ray. « Laissons les barreaux derrière nous », semblent-ils (me) dire.

Journée internationale des femmes 2013. Cette année je ne suis pas engagée dans une action citoyenne, une manifestation telle qu’une œuvre théâtrale sur la sensible et si problématique condition de la femme dans notre société, dans le monde. Cette année, au lieu de dénoncer d’une manière ou d’une autre l’inégalité et la violence toujours aussi accablantes, j’ai décidé d’évoquer, notamment ici, le féminin à travers les grands hommes qui, sur mon parcours hélas particulièrement riche en misogynes, harceleurs et autres grands tarés nocifs, m’ont aidée à devenir la femme que je suis.
Ces hommes, ils sont anonymes, moins anonymes, connus. Ils sont mes amis, mes amours, mes poètes. Lire la suite

Enchantée de fin d’été (amis poètes)

27 Août

Mesdames, Messieurs,

Bain de lumière bleue (ici l'autre Marthe, celle de Pierre Bonnard)

Parfois les mots viennent à manquer. Parce que les temps sont peu cléments pour les dire aussi sereinement et brillamment (évidemment), parce que l’été touche à sa fin et vient la rentrée, je clôturerai cette période estivale en invoquant et partageant (comme souvent) certaines de mes paroles préférées, par certains de mes poètes préférés. Clôturer, dis-je, mais aussi (me) rappeler, et initier, peut-être, aussi. Fin d’été et nouvelle, nouvelle rentrée. Où il est question de sentiments, partagés, échangés, éprouvés. Enchantés, oui. Et je vous les recommande.

Soyons Sérieuse, dit Robert Desnos

Lire la suite

Célébration – Céline vs Beaumarchais ?

25 Jan

Au sombre Céline...

Telle est la question qui a animé ces derniers jours l’actualité littéraire : faut-il célébrer le cinquantième anniversaire de la mort de Céline ? Question éminemment française, me répondait l’autre jour un grand ami. Certes, et le ministre de la Culture a fini par trancher par le non. A lire les commentaires sur le web, je m’interroge, encore une fois, sur l’homme et l’écrivain, l’écrivain et l’homme – ou est-ce tout un ? D’autant que Céline, c’est un pseudonyme… d’écrivain : il s’appelait Destouches. Peut-on distinguer un homme de son œuvre ? Beaucoup Lire la suite