Tag Archives: littérature étrangère

Ce qui n’a pas de prix (la littérature et la vie)

8 Jan

De la chance, oui… dans le Petit Bois toujours vert
(copyright: le talentueux Stéphane Vermorel, agence 154)

Mes Amis, en ce début d’année, tout d’abord : tous mes vœux ! De richesse de vue et de découvertes inoubliables (notamment). J’ai raté la Noël, le Jour de l’An, mais voilà voilà, je reviens enfin, avec du lourd – et il était grand temps. C’est que… Non, je ne suis pas ici pour tenir journal, et je suis sûre que vous ne m’en voulez pas une seconde pour mon absence… Commençons bien l’année, avec un petit panorama des œuvres qui n’auront pas ou peu couru les pages et écrans de la culture, et que j’ai gardées sous le coude de ma disponibilité. Ce sont là des lectures qui m’ont, moi, tout à fait emballée depuis septembre. Hors prix littéraires, ou presque. Hors grands boulevards… Et hors saison donc.

– Deux jeunes déjà grands, à l’avenir grandiose

Je parlerai d’abord de ces deux auteurs de la Rentrée 2012 qui ne cessent de m’éblouir, de livre en livre. Ces deux écrivains ont ceci de commun qu’ils tendent vers un universalisme (et un humanisme) Lire la suite

La tristesse des Samouraï espagnols

12 Fév

Idéaliste ce Miro, très certainement idéaliste…

C’était une triste journée, pour ceux qui croient aux avancées de la justice, au progrès, dans une Europe démocratique éclairée. Hein ? Quoi ? Eclairée ? Bon, oui, c’est pour le moins exagéré (cf. les extrêmes-droites en Hollande, Hongrie, Suisse, Autriche, et euh… France) mais il y a un peu de lumières par ci par là. De ceux qui préfèrent penser ainsi dont je suis, la tendance actuelle est de nous qualifier d’idéalistes… [vous avez remarqué ça vous aussi ? Dès que vous tentez de défendre une idée un tant soit peu humaine, Lire la suite

Anticrise (de panique) : quelques idées de Noël culturel

3 Déc

Bah oui, on est tous de grands enfants tout de même

Puisque la saison est aux paniers de Noël, je vous propose une petite sélection de bouquins et trucs sympas à offrir – nombreux sont ceux qui sont en rade de trouvailles, paumés paniqués entre deux allées de surface spécialisée. Et quand je dis offrir, je précise : à vous-mêmes (charité bien ordonnée…), à vos proches, à ceux que vous aimez et même à ceux que vous détestez… La période est par ailleurs souvent propice aux fréquentations fâcheuses : vous avez là une chance de faire de vos ennemis de moins grands ennemis, et de gens idiots des gens moins idiots – mais dites-moi, en fait, Noël, ça a du bon ! Lire la suite

Köszönöm ! La grande littérature hongroise

28 Nov

Un immense empire littéraire au cœur du XXe siècle (carte @atlas-historique.net)

Voilà d’excellents livres de saison qui seront parfaits avec un bon thé au coin du feu – si vous avez ça, d’abord bravo, puis ajoutez un apfelstrudel et le bonheur sera complet (sans cheminée, un bon vieux canapé c’est aussi bien, ne soyons pas snobs). Comme je porte une affection particulière à la littérature hongroise (et par extension à celle de la Mittle Europa), quand on me propose un ouvrage issu de ce territoire balkanique : je me précipite. Résultat : une pépite nouvelle, signée un certain Antal Szerb, publiée cet automne par les éditions Viviane Hamy, ainsi qu’une nouvelle publication du gigantesque Sandor Márai chez Albin Michel. Lire la suite

Les belles feuilles d’automne

5 Nov

L’or d’automne (vu par Ivan Solbes, brillant illustrateur à découvrir en cliquant sur l’image)

Après la folie de septembre, pendant les remises de prix plus ou moins emballantes, laissez-moi vous présenter ces trois livres-là. Dans ma sélection d’automne, à part le Cadix d’Arturo Pérez-Reverte il y a d’abord ces ouvrages très différents les uns des autres : ce récit-journal-carnet absolument incroyable de J. C. Oates, une très belle découverte en poche, et un super polar hispano-shakespearien. Comme toujours je privilégie la variété étrangère et évite, sauf exception sentimentale ci-dessus, les grosses têtes (d’affiche) qui ont bien assez de publicité n’est-ce pas. Au-delà de tout ça, un seul mot d’ordre : la qualité. Place donc aux œuvres géniales de Joyce Carol Oates, Patricia Duncker et José Carlos Somoza. Lire la suite

Pourquoi je n’arrive pas à dire du mal des gens – L’incurie et La porte

29 Oct

Horde de prix

J’avais dit que ce blog pèserait aussi son poids de colères noires, mais je m’aperçois que jusqu’ici je n’ai partagé qu’enthousiasmes et objets parfois anciens de mon affection. Pourtant je m’exaspère et referme souvent rageusement des biscottes qu’on m’avait vendues pour de belles œuvres. Et je m’exaspère du bien qu’en disent d’autres critiques : mais où diable ont-ils vu que tel bouquin était riche en subtilités, « psychologie des personnages » (foutaises) ou encore (ô paresse de métier) un « bonheur de lecture » ?

Bref, je ne parle pas de mes irritations gigantesques parce que je finis rarement les livres que je trouve mauvais – critère ô combien suggestif, je sais bien, mais Lire la suite