Tag Archives: cinéma

Le panthéon cinéphile #4 : le top du cool, Raoul Walsh

24 Juil

La vision de l’un des grands borgnes de Hollywood : classe et générosité.

Voilà la meilleure recommandation estivale pour les cinéphiles… et les autres. J’en avais fait mention dans l’un de mes derniers papiers : le Festival de La Rochelle mettait à l’honneur cette année, outre Chaplin qu’il n’est point besoin de présenter, l’un des très grands borgnes* de Hollywood: Raoul Walsh. La rétrospective continue sur grand écran à Paris, et… en DVD bien sûr.

Né en 1887 à New York, le jeune acteur Raoul s’est vite pointé sur la côte Ouest où il devient l’assistant réalisateur de D.W. Griffith. En 1915, il passe lui-même au rang de réal, avec Life of Villa et Regeneration. S’ensuit une activité prolifique, du muet au parlant, où il s’entoure des meilleurs acteurs de son temps : James Cagney, Humphrey Bogart, Errol Flynn – pour ne citer que les plus fameux et… virils. Car Walsh a porté haut, Lire la suite

Misia, Ziggy, Ken Loach, Goldoni et les autres…

25 Juin

Une femme à (re)découvrir, et des films, du théâtre, des chansons…

Oh la la, oh la la, oh la la… « En retard ! Je suis en retard ! », disait le petit lapin blanc dans Alice… Comme le temps file. Loin le palmarès de Cannes, loin Bob Dylan… loin le temps où j’avais un peu le loisir de partager ici mes engouements ! Mais enfin, je reviens, juste pour signaler quelques bonnes idées qui m’ont enthousiasmée, en me disant que ça ira mieux… en été ?

Allez, un petit tour en quatre points culture… Musique. Cinéma. Expo. Théâtre.

Lire la suite

Des vœux qui vaillent – littérature, cinéma… humanité ?

4 Jan

Forêt et colombe (1927), de mon cher Max Ernst. Toute ressemblance avec 2012…

L’heure est aux bons vœux, messieurs-dames. Alors oui, plein de bons vœux à foison pour tout le monde ! En espérant qu’il ne s’agisse pas, seulement, de vœux pieux. Pour ma part, j’en ferai deux… ou trois. Lire la suite

Anticrise (de panique) : quelques idées de Noël culturel

3 Déc

Bah oui, on est tous de grands enfants tout de même

Puisque la saison est aux paniers de Noël, je vous propose une petite sélection de bouquins et trucs sympas à offrir – nombreux sont ceux qui sont en rade de trouvailles, paumés paniqués entre deux allées de surface spécialisée. Et quand je dis offrir, je précise : à vous-mêmes (charité bien ordonnée…), à vos proches, à ceux que vous aimez et même à ceux que vous détestez… La période est par ailleurs souvent propice aux fréquentations fâcheuses : vous avez là une chance de faire de vos ennemis de moins grands ennemis, et de gens idiots des gens moins idiots – mais dites-moi, en fait, Noël, ça a du bon ! Lire la suite

Ma « Semaine de la critique » : trois films, zéro risque

12 Oct

Ce n’est pas parce que ces trois films ont reçu une récompense à Cannes en mai dernier que modestement je les distingue à mon tour. Cannes, c’est parfois un pari risqué qui peut… ennuyer. C’est donc bien parce qu’au goût de la cinéphile avertie que je suis, ce sont là trois longs-métrages inventifs, étonnants et brillants, qui, distinctement, ont pris le risque de proposer des visions originales avec intelligence et sensibilité. Le premier aurait pu se révéler un énième et clinquant film mouvementé, le deuxième aurait pu figurer un exercice de style-hommage lénifiant voire foiré, le troisième… Gardons-le pour la fin. Lire la suite

49e parallèle : Powell Power !

20 Sep

Il est tard et j’ai peu de temps… Mais je quitte mes latitudes littéraires et prends quelques minutes pour vous parler encore d’un grand, très grand film, totalement méconnu : 49e parallèle. Cette œuvre est signée Michael Powell et Emeric Pressburger, ces deux géants dont j’ai parlé précédemment, créateurs des sublimes Chaussons Rouges. Ici, c’est clairement Lire la suite

Les émotifs moments de cinéma marrant

15 Mai

De l'art difficile de la rencontre, ou de l'art des difficiles rencontres

Comme je suis pas mal sortie cette semaine, j’ai passé une partie de ce dimanche à l’abri, dans mon canapé… Avec du ciné. Du confort. Comme tout le monde. Hasard ou coïncidence (auxquels je ne crois pas), je me suis fait une programmation spécial comédies romantiques – mais attention, des jolies, des qui rappellent les grands films de l’âge d’or hollywoodien, avec un petit truc bien français, bien givré en plus. Où l’on ne montre pas qui l’on est, où l’on essaie de le faire trop ou pas assez échec assuré, où les apparences sont bien évidemment trompeuses, où l’on a peur (« toute ressemblance… »). Dans ce cinéma, la vulnérabilité et les circonvolutions des êtres à l’heure des rencontres amoureuses font rire, font du bien… voire consolent ! Les DVD sortent ces jours-ci : à vos lecteurs… Lire la suite