Pas dansant, ces pas dansés (l’esprit de corps à Beaubourg)

24 Nov

Du rythme, mais peu d'élan

Petit tour de piste dans cette expo dansante… mais peu entraînante. Autour du mot d’ordre Danser sa vie emprunté à Isadora Duncan, le Centre Pompidou revisite l’histoire de la danse moderne : des ballets des années 1900 avec Loie Fuller jusqu’à Merce Cunningham, c’est toute l’expression corporelle figurée à travers les arts qui s’expose en vidéos, peintures et sculptures. C’est riche, c’est bien fichu, mais curieusement : quelle froideur !

S’ouvrant sur la Danse de Matisse, le parcours est assez rythmé, entre les images de l’Après-midi d’un Faune (l’une de mes œuvres préférées de Claude Debussy, chorégraphiée par Nijinski en 1912), les dessins de Bourdelle sur Isadora, ou encore la série des danseurs de Rodin. Le regard comme les oreilles sont aux aguets. Pourtant, au fur et à mesure, bien qu’il soit appréciable d’être surpris par la magnifique Danse de Derain, de retrouver Sonia Delaunay, Picabia ou Kupka, de flipper aussi devant la Totendanz (danse de mort) de Mary Wigman, les thématiques choisies s’orientent davantage sur la mécanique des corps que sur la grâce.

Nijinski, grand Faune funky scandaleusement beau dans l'Après-midi de Debussy

Les titres des salles seront plus explicites : « Rythmes abstraits », « Danse et géométrie », « Ballets futuristes et mécaniques », « Danse biomécanique et constructiviste », « Danse postmoderne et minimale »… Sous trois grands angles – La danse de soi, Danse et abstraction, Performance et danse (on ne craint pas la redondance, hein) – c’est bien la mathématique dansante qui est représentée, avec, à mon goût, peu d’élan vital. De chorégraphies en arts visuels, l’ensemble a fini par me laisser un goût de désincarné (si vous me passez l’expression), mais enfin… Si je connaissais déjà une bonne part des arts exposés (Bauhaus, De Stijl, Futurisme, fumisterie de Klein, furie de Fabre, fantaisies de Man Ray et fantastiques distorsions de Kertesz…), j’ai adoré la Danspaar de Vilmos Huszár (enfer et damnation, cette incroyable peinture est introuvable sur le web !), et la démo Solo de William Forsythe (1997) chorégraphe que j’avais eu la chance de découvrir à Garnier il y a une dizaine d’années.

Fort heureusement, avec lui le conceptuel peut faire sourire autant qu’il impressionne. Et puis il y a la claque, dans la salle noire où est diffusée le Sacre du Printemps dans la version de la désormais très revendiquée Pina Bausch. Mode ou pas, son travail ne peut pas ne pas toucher, émouvoir, secouer le spectacteur. A moins d’être un glaçon.
Ces œuvres-là ont l’avantage de réchauffer un tant soit peu l’atmosphère que j’aurai trouvée dans son ensemble plutôt glaciale donc. Rien de Robbins, de Fosse, de Découflé par exemple – trop joyeux peut-être… Ah si, j’oubliais : en prix de consolation vous trouverez quand même (s’il vous reste de l’énergie) la petite salle pop marrante dédiée à Jérôme Bel, à la toute fin du parcours (mauvaise conscience des organisateurs ?). C’est bien le seul espace qui sollicite – et c’est un comble – les pieds. Quant à l’humour, ce n’est manifestement pas cette année, à Beaubourg, la spécialité maison. Dommage qu’on s’y prenne autant au sérieux.

Pour ma part, je considère la danse comme une absolue pulsion de vie, de joie, de violence parfois, mais toujours faite de sensations fortes ramenant les esprits pensants que nous sommes à la condition première : Etre – un corps en mouvement, qui éprouve, ressent, exprime. C’est un accès, pas toujours aisé mais assuré, vers la liberté. « Danser, c’est le rythme de vie le plus heureux », disait Marcelle Sauvageot*. « Quand le corps se meut sur un rythme une autre vie s’élève, le monde se transforme… » Et pour accompagner les mots de cette merveilleuse femme des années 30, je choisirai, en guise de consolante conclusion assortie, les gracieux et harmonieux pas dansés de Ginger et Fred. Là où une autre vie s’élève, sans aucun doute.

– « My oh my » : Smoke gets in your eyes, danse de rêve par Ginger Rogers et Fred Astaire dans la comédie musicale Roberta (1935) de William A. Seiter, sur les musiques du fabulous Jerome Kern, où s’illustre aussi brillamment la grande Irene Dunne ainsi que Randolph Scott. En DVD (ou à la Cinémathèque…)

– Danser sa vie, art et danse de 1900 à nos jours, exposition au Centre Pompidou, jusqu’au 2 avril 2012. Métro Châtelet, Beaubourg, Hôtel de ville.

* – Marcelle Sauvageot, Laissez-moi (Commentaire), publié aux Editions Phébus. Disponible en librairie, mais je signale une réédition toute fraîche de ce texte sublime en janvier prochain.

Ps. Grand merci à swinging Séverine, collée serrée aux œuvres exposées… héhéhé.

Publicités

7 Réponses to “Pas dansant, ces pas dansés (l’esprit de corps à Beaubourg)”

  1. Bulles d'infos novembre 25, 2011 à 9 h 10 min #

    Merci d’avoir si bien retraduit ce que j’ai ressenti lors de la visite de cette exposition qui m’a parue bien morose. Il manque l’élan vital, c’est exactement ça, la fluidité, la puissance, la créativité… Je n’ai pas été réceptive du tout à cette façon d’aborder la danse qui est loin de la façon dont je vis cet art : pour moi pas besoin d’être spécialiste ni de théoriser pour se laisser emporter.

    • mademoiselledupetitbois novembre 25, 2011 à 10 h 32 min #

      SI toi comme moi qui sommes particulièrement sensibles à cet art n’apprécions pas cet accrochage, je me demande bien à qui ça va plaire (sauf les porteurs de moustache en baskets vintage)

  2. quenotte novembre 25, 2011 à 9 h 10 min #

    Merveilleux ce duo!

  3. mademoiselledupetitbois novembre 25, 2011 à 10 h 30 min #

    @Bulles : et pourtant on peut dire que tu t’y connais tout de même ! Mais suis forcément d’accord : où est la magie, l’amusement, le fun et la surprise ? La danse ne devrait pas être prise en otage par une tribu intello-barrée qui n’a rien à dire.
    @Quenotte : heureusement qu’on peut toujours compter sur certaines « paires dansantes » comme ces deux-là pour que la danse redevienne le rêve et la vie…

  4. Diane janvier 30, 2012 à 15 h 26 min #

    Je suis restée de marbre devant cette exposition triste et ennuyeuse que je serais tentée de renommer « danser sa mort ». Elle ne retranscrit en rien ce qu’est la danse pour moi à savoir une expression de l’âme à travers le corps. Elle m’a paru élitiste aussi, n’étant pas une passionnée de danse, j’ai eu comme l’impression que l’exposition n’était pas à ma portée… Dommage.

    • mademoiselledupetitbois janvier 31, 2012 à 10 h 14 min #

      C’est en effet ce que j’ai ressenti aussi… Mais bizarrement, ayant rencontré un échantillon assez représentatif d’étrangers en visite à Paris pendant les fêtes, groupe d’amateurs d’arts et de danse (circonstances singulières de ma vie parisienne !) : ils ont tous adoré ! Faut-il croire que ce regard porté sur la danse et/ou sur Pompidou est français et/ou parisien ? Ça m’a interpellé.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ma semaine culturelle #2 « BULLES D'INFOS - novembre 28, 2011

    […] conquis à l’issue de cette visite. Autant se tirer une balle dans le pied de suite quoi.  Mademoiselle du Petit Bois qui a aussi vu l’expo et partage mon avis, en parle très […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :