Chaussons rouges et petite pointure

12 Fév

Pot-pourri à New York

Quel raffut autour de Black Swan ! J’ai lu ces jours-ci quelques articles sur le film et ai pu constater au passage la méconnaissance totale qu’ont certains journalistes des films du genre musique & danse – au point de qualifier par exemple Burlesque de film culte : c’est en effet burlesque. Alors, puisque j’éprouve un amour particulier pour ce genre et que j’ai passé tant d’heures à regarder TOUTES les comédies musicales (même les navets tombés dans l’oubli du tandem Rita Hayworth/Fred Astaire par exemple), j’ai bien le droit de donner mon avis. Et de revoir les Chaussons rouges…

J’ai pu découvrir ce cygne en avant-première : l’histoire d’une danseuse à New York qui se voit confier le rôle principal du Lac des Cygnes et qui va « difficilement » accéder à la part sombre – le cygne noir – de son personnage. J’avouerai d’emblée que s’il est plaisant à regarder, ce n’est pourtant pas un grand film tel qu’on le décrit ici et là, et m’est avis qu’il sera vite oublié.

D’abord parce que sur le sujet, il y a une référence manifestement inégalable : Les chaussons rouges. Ce film, tourné en 1948 par Michael Powell et Emeric Pressburger, a influencé beaucoup de cinéastes dont les moins attendus, comme Martin Scorsese : qui aurait pu imaginer que ce réalisateur admirerait un film sur le ballet ? Et bien tout simplement parce que ce n’est pas (même si Scorsese a parfaitement le droit d’aimer la danse) qu’un film sur le ballet. Ça, c’est un chef d’œuvre véritable. Outre l’histoire et une direction artistique éblouissante, c’est un récit monumental et presque métaphysique sur la création, son exigence, et les dilemmes qu’elle impose.

Thèmes sur lesquels Black Swan est très, très court de vue. Le seul « apport » éventuel sur la question réside dans ce que nous reconnaissons tous plus ou moins : l’effarante difficulté physique du métier de danseur. Pour le reste, mixez un peu de Carrie pour l’ambiance freaky, un peu de La pianiste pour la relation mère-fille et encore une touche d’Esther Kahn pour le parcours initiatique, et vous y êtes, avec en prime le glam from New York et les compliments de Nathalie Portman (qui sauve pas mal le film, tout de même).

Alors donc, oui, Black Swan est visible, il est même bluffant à première vue, mais il ne reste pas longtemps ni dans la rétine ni dans l’esprit. De la petite pointure sur demi-pointes. Son avantage (je considère que c’est triste à dire et en plus ça me fait passer pour une vieille barbe) réside peut-être à faire découvrir un peu plus l’univers de la danse classique et le Lac des Cygnes à un jeune public déjà sensibilisé par Billy Elliot. Donc je remballe, et m’en vais re-re-voir les Chaussons rouges.

(Ps. je ne résiste pas à vous soumettre un extrait d’Esther Kahn, l’un des rares films, sans danse, de Desplechin que je porte aux nues, adaptation d’une nouvelle d’Arthur Symons sur le parcours d’une comédienne) :

– Les chaussons rouges, de Michael Powell et Emeric Pressburger (duo des fameuses Productions Archer de l’Angleterre de l’après seconde Guerre mondiale), avec Moira Shearer et Anton Walbrook, en DVD.

– Esther Kahn, d’Arnaud Desplechin, avec Summer Phoenix et Ian Holm, en DVD.

– Carrie, de Brian de Palma, avec Sissy Spacek et John Travolta (en prime), en DVD.

– La pianiste, de Michael Haneke, avec Isabelle Huppert et Annie Girardot, en DVD.

– Black Swan, de Darren Aronofsky, avec Nathalie Portman et entre autres la convaincante Barbara Hershey, en salles actuellement.


Publicités

4 Réponses to “Chaussons rouges et petite pointure”

  1. bullesdinfos février 19, 2011 à 16 h 16 min #

    Maintenant que j’ai vu le film, je me suis autorisée à lire ton billet et je suis du même avis que toi. Grosse déception même si je ne connais pas Les chaussons rouges. Tout ça pour ça non ?

  2. MINOTOR août 17, 2011 à 14 h 39 min #

    Bonjour,

    Depuis février j’imagine que pas mal de m3 d’eau est passé sous les ponts.

    J’ai vu les chaussons rouges hier soir et je me suis mis à penser :

    1) dans ce film, le « névrosé » c’est plutôt Lermontov (le directeur du ballet) que la danseuse, ce qui fait que Black Swan vient (si je puis dire – et au-delà de toute critique esthétique) en complément du film de Powell. Ils sont tous fou dans cette grande famille de la danse ??!.

    2) Aronofsky étant mon « chouchou » depuis « Pi » (et ce, sans interruption, je me plais à le défendre et me consoler en me disant que son dernier film « Black Swan » ne reflète pas tout à fait la subtilité qui l’habite en général.
    En effet, et toujours pour me consoler (idem pour le dernier Lars Von Trier – Melancholia – je me console de son exceptionnelle grandeur depuis 2003 – Dogville)… je me console donc après Black Swan en me disant que probablement les studios et majors américains ont dû le convoquer dans leur bureau et on dû lui tenir à peu près ce langage : « Darren, ok, tu es un mec super brillant, intelligent MAIS t’es trop subtil pour le spectateur américain… regarde le bordel depuis « The Fountain »… personne n’a rien compris… svp Darren fais un truc plus cash et moins subtil… et tu auras les clés du coffre… »

    bref, je pense franchement qu’avec Black Swan, Darren Aronofsky a dû aller au plus pragmatique, pour que les spectateurs américains (grands amateurs de pragmatisme et du fameux « straight to the point ») comprennent quelque chose… on a donc pu être déçu ??

    Mais l’aurore point, j’ai confiance.

    • mademoiselledupetitbois août 18, 2011 à 10 h 58 min #

      Autant sur ce Darren je n’ai honnêtement pas d’opinion, autant sur Von Trier je partage. Quant à la démarche « satisfaction studios garantie », oui, c’est en effet probable – les exemples ne manquent pas, même si certains tel Eastwood s’en sortent pas mal en général (sauf pour le dernier : un naufrage si je puis dire).
      Sur Lermontov : tout à fait ! Mais quel acteur, hein, quel acteur ! Et cette réplique fabuleuse (à peu près) : « il est plus déprimant de voler que d’être volé. » Rhaaa j’adore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :